La remise en état du site s’élève selon une étude demandée par la commune à 2,6 millions d’euros !(info donnée par madame le maire) La DRAC (direction régionale des affaires culturelles) prend à sa charge la moitié du coût des restaurations mais il reste 1,3 million à trouver que la mairie ne peut financer. Renonçant alors d’inscrire la restauration de ce monument historique dans les priorités budgétaires, madame le maire a promulgué un arrêté de mise en péril en 2013 pour en interdir l’accès. Il est facile de concevoir qu’un petit village ne puisse supporter le poids de ces travaux de réhabilitation. Mais la communauté de commune, le département, la région, des fonds européens, comme la "Fondation du patrimoine’’, la "Sauvegarde de l'Art français", le recours au mécénat pour boucler le financement ont-ils été sollicités ? Rien n’est encore perdu et l’exemple de la détermination du maire d‘ Hannogne St.Martin (près de Sedan) à restaurer le patrimoine de son village en est la plus belle preuve. Même si actuellement la mairie n’exprime pas sa volonté de déployer l’énergie nécessaire pour y parvenir, nous espérons tous que les autorités lui viennent en aide rapidement. La préservation du patrimoine doit être inscrite comme priorité et devoir de chaque élu.SAM_1175mod.JPGSAM_1175z.JPG